Les puits fermés rappellent la présence de nombreuses sources. Contrairement aux puits « ouverts », ils sont protégés par une cage en bois, le plus souvent à claire-voie, de forme carrée ou rectangulaire et par un toit pyramidal recouvert de chaume, d’ardoises ou de tuiles.
Le puits fermé du hameau d’Ormesnil à Frichemesnil.Puits du XIXe siècle en bois.

puits-ferme

Le puits de la Bucaille au prieuré Notre-Dame de la congrégation d’Ernemont à Quincampoix
Ce puits d’une profondeur de 69 mètres remonterait au XIVème siècle. Il est pourvu d’une installation remarquable qui actionnait deux récipients : un montant, l’autre descendant, avec un treuil à deux cliquets permettant d’arrêter à n’importe quel niveau le mouvement des seilles de puisage. Treuil démultiplié par une roue dentée entraînant une poulie à gorge. Un rouleau de protection de la corde ou de la chaîne et un auget pour déverser le récipient complètent le système. Son mécanisme est unique, car il permet de remonter l’eau à la force des poignets. Le puits est abrité par une construction de 4m x 2,80m, avec soubassement en maçonnerie de silex et colombages, surmonté d’une grille en bois à lattes carrées. Une très belle charpente avec toiture en ardoise recouvre le puits et son système de puisage unique dans la région.